région champagne-ardenne Index du Forum région champagne-ardenne
Le patrimoine, l'histoire, le tourisme, la nature, les lacs de la région Champagne-Ardenne
 
    FAQ   Rechercher   Membres   Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   S’enregistrer   Connexion 

Fondation de Charleville

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    région champagne-ardenne Index du Forum -> La Région Champagne-Ardenne et les autres régions -> Histoire -> Ardennes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Shantal
Admi
Admi

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mar 2011
Messages: 5 174
Localisation: Troyes
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
un message: 0,99

MessagePosté le: Ven 29 Juil - 10:42 (2011)    Sujet du message: Fondation de Charleville Répondre en citant

Fondation de Charleville

  



C'est le 6 mai 1606 que Charles Ier Gonzague (1580-1637), duc de Nevers et de Rethel, décide de la création de Charleville pour en faire la capitale de la principauté souveraine d'Arches.

Pour ce faire, il fait appel à l'architecte Clément II Métezeau, frère de Louis Métezeau l'architecte de la place des Vosges à Paris.

Pierre le Grand, lors de son tour d'Europe, est passé par la ville.

Cette nouvelle cité ducale, qui jouxte le village médiéval d'Arches, est destinée à rivaliser avec Sedan, autre capitale princière mais fief protestant et surtout Mézières, ville de garnison au passé prestigieux.


De la fondation de la ville à son rattachement à la France : 1606 - 1709  
1606Charles de Gonzague, duc de Rethel et de Nevers, neveu de Henri IV, décide à la fin des guerres de la Ligue, d'élever "dans sa principauté souveraine d'Arches", une ville, proche de Mézières, qui porterait son nom (Mézières est sise en territoire français, mais la principauté "souveraine" d'Arches, s'étend hors du royaume à l'intérieur de la boucle que fait la Meuse, entre Warcq et le Mont Olympe). Rappelons que la première mention d'Arches remonte à 859 ; elle est alors possession de Charles le Chauve. En 1293, cette terre est achetée par les Comtes de Rethel.
1610-1640Constructions de la place et de la ville du XVIIème siècle dont les limites correspondent aux actuelles rues de Clèves, de l'Arquebuse, de Bourbon, de Longueville et de Gonzague. L'architecte en fut Clément Métezeau.
1616Les jésuites s'installent à Charleville où ils fondent un collège, entre la rue Condé et la rue du Moulin où ils occupent trois pavillons.
1616-1620Construction, place Saint-François (actuelle place Winston Churchill) d'un couvent de Carmélites.
1620Achèvement de l'église des Capucins, à l'emplacement de la prison actuelle.
1622Construction du Couvent du Sépulcre, place du Sépulcre, actuelle place de l'Agriculture.
1623Construction du grand prieuré de la Milice Chrétienne (à l'emplacement de l'actuel Hôpital Corvisart), qui servait d'hôpital et dont la chapelle demeura jusqu'au XIXème siècle église paroissiale.
1624Construction d'un pont qui, partant du milieu de la place actuelle de l'Agriculture, reliait Charleville au Mont Olympe, acquis par Charles de Gonzague en 1611 (auparavant ce mont était propriété des princes de Conti, de Château-Regnault et s'appelait Mont Castelet).
1626Construction d'un moulin banal, notre actuel Vieux Moulin.
1627Construction de la chapelle du Collège des Jésuites, place Saint-Ignace (place Condé actuellement).
1630Edification de la première fontaine de la place Ducale.
1612-1635Construction d'une citadelle au Mont Olympe dont les fortifications furent renforcées en 1639, sur ordre de Richelieu et Louis XIII.
1637Charles de Gonzague meurt à Mantoue. Son petit-fils âgé de 7 ans lui succède.
1667Ouverture de la Manufacture d'Armes de Charleville qui entraînait la disparition des maisons bourgeoises de la rue de Flandre. En 1688, cette manufacture devient royale.
1679-1680Un grand viaduc destiné à relier Charleville au Pont d'Arches et à Mézières est élevé par-dessus les prairies basses, facilement inondées, qui bordent la Meuse. C'est alors qu'on aménagea une chaussée pour relier les deux villes : voici l'amorce de notre Cours Briand.
1687-1688Louis XIV fait détruire les fortifications de Charleville et la forteresse du Mont Olympe.
1687-1697La voie qui relie les deux villes est améliorée et plantée d'une double rangée d'arbres. Elle prend alors le nom d'"Allées".
1689On démolit le pont en pierre qui reliait Charleville au Mont Olympe : devenu inutile, son entretien était trop coûteux. La traversée du fleuve se fit dès lors par un bac au niveau du Petit-Bois (situé dans l'espace délimité par les actuelles avenues Forest et du Petit-Bois).
1706Édification d'une nouvelle fontaine, la deuxième, place Ducale.
1709Après la mort à Padoue de Ferdinand Charles de Gonzague, dernier descendant du fondateur de la ville, la principauté d'Arches et Charleville, échoit aux princes de Condé d'une part et au prince de Salm, décrétés co-héritiers. Sans perdre pour autant ses privilèges, Charleville est désormais rattachée à la France.

De 1709 à la fin de la Révolution et de l'Empire  
1735-1737Construction de deux casernes de part et d'autre de la porte de Flandre, appelées ensuite, casernes Hardy et Dunesne, (noms de deux généraux révolutionnaires des Ardennes). Une seule subsiste aujourd'hui.
1742Construction d'un Hôtel-Dieu, appelé Hôpital Saint-Louis, qui remplace l'Hospice de la Milice Chrétienne. Situé au même emplacement, cet hôpital fut doté par le prince de Condé d'une magnifique pharmacie (retirée en 1978 de l'hôpital Corvisart, parce qu'elle était devenue trop petite, elle ornera un jour une salle du musée de Charleville).
1750Agrandissement du port de Charleville (qui s'étend du quai Rimbaud à la place du Moulinet actuels). Installation de la Poste.
1754
le 23 juillet
Incendie du moulin, dont il ne reste que la carcasse de pierre.
1758 La ville pose des plaques en marbre noir, indiquant l'appellation des rues. (rue Noël), on peut en voir une, au dessus de la plaque actuelle, sur la maison d'angle avec la place Condé où on lit encore "rue de la Magdeleine".
1759 Incendie de l'Hôtel de Ville, qui occupait alors un pavillon, sis en angle, à gauche de l'édifice actuel.
1760 Création de la Route Royale de Mézières aux Flandres, l'actuelle avenue de Gaulle et RN51. Pour relier Charleville à cette route, une chaussée, partant de la Porte de Flandre fut aménagée : c'est notre avenue Charles Boutet.
1773 Le Petit-Bois, planté sous Charles de Gonzague dès 1626, est acheté par les magistrats de Charleville, au prince de Condé.
1784 Les maisons de Charleville sont numérotées. Très importante crue de la Meuse qui monta à 1,10 mètre au-dessus du quai Rimbaud actuel. (une plaque en forme de losange, scellée au perron d'une maison du quai, nous le rappelle encore aujourd'hui).
1785 Construction d'un deuxième cimetière à Charleville, hors les murs, au niveau des actuelles rues Waroquier et Alexandre, au-delà de l'avenue Forest vers la voie ferrée. Le cimetière primitif, situé à l'emplacement de la cour actuelle de l'hôpital Corvisart, était devenu trop petit.
1789 Construction d'un théâtre, par Jean Auguste Vallée, au-delà de la Porte de France. C'est l'actuel immeuble occupé par le magasin "Burton of London". Il subsista jusqu'en 1832, date à laquelle il fut vendu. La ville de Charleville renonça à ses privilèges et demanda à être représentée à l'Assemblée Nationale.
1790 Le Moulin est vendu comme bien national et acquis par J.B. Piette de Rumigny, député des Ardennes.
1800 On crée un octroi à Charleville (au Moulinet et en haut des Allées) ; en 1801 on en installe un à Mézières.
1803 Le 28 août, la porte de France, qui marquait la limite de Charleville en haut de la Grand'Rue est abattue par ordre de Napoléon 1er, et remplacée en 1805, en haut des Allées (au point Central actuel) par une grille. Celle-ci fermait la rue Napoléon (aujourd'hui rue Thiers). Cette porte coiffée d'un dôme possédait un appartement qu'occupa souvent Charles de Gonzague.
1806L'Abbé Delvincourt , créa un petit séminaire qui occupait les actuels locaux de l'hospice, place de l'Agriculture. Il dura jusqu'en 1904.

Charleville sous la Restauration Monarchique 1815 - 1852   
Cette période ouvre la voie au Charleville actuel en raison des nombreux changements qui eurent lieu.
  

1818Les religieuses sépulcrines, chassées à la Révolution, rentrent à Charleville où elles ouvrent une nouvelle institution, rue d'Aubilly (bâtiments anciens de l'hôpital Corvisart, en face de l'école primaire annexe).
1829Ouverture de la brosserie Blaise au Moulinet.
1831Ouverture de l'École Normale de garçons, avant la création officielle des Écoles Normales.
1833Charleville et Montcy sont réunies par un premier pont suspendu et à péage, qui subsista jusqu'en 1870. Il remplaçait le bac du Petit-Bois.
1836La Manufacture d'Armes de Charleville, rue de Flandre, ferme. Mais les bâtiments ne sont détruits qu'en 1940 par les bombardements. L'Église des Jésuites, place Saint-Ignace, abandonnée depuis 1762 et qui menaçait ruine, est démolie. Cette église, dédiée à Saint-Ignace, avait donné son nom au quartier. Désormais la place s'appela place Condé.
1838 Suppression de la porte du Luxembourg, qui fermait la rue Sainte-Marie (rue du Petit-Bois aujourd'hui). Elle est remplacée par une grille, retirée en 1862.
1839 Ouverture du théâtre actuel, à l'emplacement des jardins du Palais, après quatre années de travaux.
1843Érection de l'actuel Hôtel de Ville, à l'emplacement du Palais qui ne fut jamais construit (abandonnés par Charles de Gonzague, parce que trop onéreux, les travaux avaient repris au XVIIIème siècle sous les Condé, puis à nouveau avaient été abandonnés).
La nouvelle construction ne tint pas compte des plans de Clément Métezeau ; du reste, dès le XVIIIème siècle, on avait autorisé l'ouverture de la rue du Palais reliant la place Nevers à la place Ducale au milieu du chantier en ruines qu'était alors le Palais.
La ville se donne l'éclairage au gaz, dix ans après Paris. Une usine à gaz est installée au niveau de la rue de Tivoli.
1844Une troisième fontaine est élevée place Ducale ; une première adduction d'eau est réalisé pour quarante-sept concessionnaires.
1846Ouverture de l'usine Corneau (Deville aujourd'hui), pour la clouterie mécanique, et des établissements Gailly (clouterie et fonderie).
1847Aménagement des premiers trottoirs et de chaussées bombées en remplacement des anciennes chaussées "fendues" par un ruisseau médian.
1849Installation de la ferronnerie Lejay.
1850Les dames de la Providence, exilées pendant la Révolution et rentrées en 1807, acquièrent de vastes domaines (2 hectares) entre la rue de l'Arquebuse et la ruelle Pinteaux (aujourd'hui avenue Jean Jaurès). Sur les anciens fossés de la ville et des jardins, elles bâtissent un vaste pensionnat pour jeunes filles appelé "Couvent du Sacré-Coeur". Aujourd'hui le Tribunal et l'école de la rue Kennedy occupent encore ces locaux.

Charleville sous le Second Empire   
1852Construction des Haras du Petit-Bois. Ce sont les bâtiments actuels du lycée Chanzy.
1853Ouverture place Carnot de l'Institut Rossat. Installation des usines Jubert, forges et boulonneries, rues de Longueville et de Bourbon, dont les bâtiments viennent d'être démolis pour faire place à un vaste parking.
1858Arrivée du premier train venant de Rethel. Une gare provisoire, en bois, fut construite pour les deux villes, ce qui détermina la construction et l'aménagement des avenues Jean Jaurès (alors rue de la Gare) et Leclerc (alors avenue de Mézières) qui relièrent les deux centres-villes à la gare.
1859Ouverture de la voie ferrée Charleville-Sedan.
1861Des textes mentionnent l'existence des abattoirs le long du quai du Sépulcre (quai Charcot).
1862 La grille qui fermait la rue Napoléon en haut des Allées fut supprimée ; démontée, elle orne aujourd'hui le château de Brévilly.
1863Création de la verrerie du Moulinet, par la famille Lionne. Celle-ci entraîna le développement de tout le quartier compris entre le Moulinet et Bel-Air. Celle-ci fut fermée en 1930 ; elle vient d'être abattue pour faire place à un immeuble moderne.
1860-1863Achèvement et consécration de l'église Saint-Rémy. Elle se dresse près de l'ancienne église de la Milice Chrétienne, qui servait jusque là, malgré son étroitesse, d'église paroissiale.
1866Construction d'une nouvelle gare. Jean Alexis Hénon, alors peintre à Charleville, écrit dans son journal : "Elle est peu monumentale et il est fâcheux que pour la construire il ait fallu prendre notre meilleur terrain à légumes". Cette zone aujourd'hui très industrielle, installée sur les alluvions de la Meuse, était à l'époque occupée par des jardins potagers.
1868Fondation des établissements A. Blairon (Serrurerie industrielle).
1869Ouverture de la ligne de Chemin de fer Charleville-Hirson, qui, passant au bas des Allées, coupait la chaussée au niveau du viaduc reliant les deux villes. Elle fut source de maints accidents !

Charleville sous la République 1870 - 1966   
1874Création de l'école annexe de l'École Normale de garçons. Inauguration, en septembre, du monument aux morts de la guerre de 1870, en bas des Allées, (à droite dans notre avenue de Gaulle).
1876Incendie du Collège de Charleville, place de l'Agriculture, qui s'installe pour trois ans dans des bâtiments de fortune, avant que ne soit ouvert en 1879, dans les anciens bâtiments des haras, réaménagés et agrandis, l'actuel lycée Chanzy (il ne reçut cette dénomination qu'en 1893).
1878Achèvement des bâtiments de la Bibliothèque Municipale à l'emplacement du collège incendié en 1876.
1880Ouverture de l'usine Demangel et du grand magasin "La Belle Jardinière", rue Thiers, qui vient de disparaître.
Parution du Petit Ardennais.
1881Amélioration de l'adduction d'eau par le captage des eaux de la source de Néparcy.
1882Construction de l'École Normale de Filles et de classes annexes, sur un vaste terrain boisé, près du Moulinet.
1884 Construction du lavoir public de la rue de Longueville.
1886Construction de l'École Pratique de Commerce et d'Industrie de Charleville, rue Madame de Sévigné, qui donna naissance à l'actuel lycée Bazin.
1887Ouverture du lycée Sévigné. Fondation de la "Société Anonyme Saint-Rémy" dirigée par l'Abbé Ponsinet, pour créer un établissement secondaire religieux. L'institution Saint-Rémy fut construite sur les locaux de l'ex-institut Rossat lui-même installé à l'emplacement des locaux des Carmélites. Ouverture des Magasins Réunis.
1889Construction de l'Église de Bel Air qui remplaçait celle du couvent du Mont-Calvaire. Installation de la poste, place Carnot..
1890Ouverture de la maison de retraite du Moulinet grâce au leg de Madame Tanton-Bechefer. Construction du bâtiment de la Caisse d'Epargne, avenue Leclerc, dans le style 1900. Consécration, le 20 juillet, de l'Église du Sacré-Coeur, dans un quartier en plein développement. Les travaux avaient duré quatre ans.
1891-1892Démolition de la gare de 1866 et construction de la gare actuelle (précisons que celle-ci, très abîmée en 1918, a été fortement restaurée).
1893Le Vieux Moulin devient propriété de la ville qui l'a racheté aux héritiers Piette.
1899Construction de l'actuelle fontaine (la quatrième) de la place Ducale, et inauguration de la statue de Charles de Gonzague réalisée grâce au leg de Madame Payer-Guillemain. Ouverture des lignes de tramway qui unissaient Charleville à Mézières, pour la plus grande satisfaction des habitants (... après deux ans de travaux).
1901Inauguration du monument Rimbaud, square de la gare.
1909Ouverture du cinéma "l'Américan Cosmographe" par Marcel Thiriot, à l'emplacement du cinéma Palace actuel.
1910Graves inondations, dues à une crue de la Meuse.
26 juin 1911Accident au passage à niveau des deux villes. Une locomotive en manoeuvre, happe un tramway : c'est ce qui détermina la construction d'un pont pour le chemin de fer, enjambant la chaussée, achevé en 1913.
1912Installation de l'usine Sisson-Lehmann. Ouverture du Musée dans l'ex-établissement des Dames du Sacré-Coeur. Ce musée existait en fait depuis 1888, dans les locaux de la Bibliothèque Municipale.
1914Occupation de Charleville par les Allemands. Le Kronprinz s'installa Villa Corneau (à l'emplacement de la caisse de Sécurité Sociale actuelle) ; ceci donna naissance à de nombreuses cartes postales.
1921Inauguration du Monument aux Morts des Instituteurs, place de la gare.
1923Inauguration du Monument aux Morts de Charleville place Carnot.
1926Effondrement du dôme de l'église du Sépulcre, le 9 février. Il endommagea la Bibliothèque Municipale. La ville reconstruisit alors l'immeuble actuel (entre la maison de retraite et la Bibliothèque) et la place prit le nom de place de l'Agriculture, car s'y tenait un marché aux bestiaux -ce qui explique le long du quai l'existence d'anneaux fixés à intervalles réguliers auxquels le bétail était attaché-.
1927La ville achète le versant Sud du Mont Olympe.
1929Installation des établissements Richier (bétonnières).
1931Consécration de l'Église de la Houillère, très "modern style".
1933Construction de la passerelle du Mont Olympe et aménagement de l'île qui s'était constituée autour du Vieux Moulin. Ouverture de la poste actuelle, à côté du théâtre.



Place Ducale
  

http://www.crdp-reims.fr/cddp08/artsculture/charleville1900/chronologie.htm
_________________
Bienvenue sur le forum !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 29 Juil - 10:42 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    région champagne-ardenne Index du Forum -> La Région Champagne-Ardenne et les autres régions -> Histoire -> Ardennes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Template Buble by dav.bo
Traduction par : phpBB-fr.com